Évènements de démocratie participative à venir

Visite guidée

Les contributeurs

Jesuisun Robot (108)

Restaurant scolaire

Bonjour,
Serait-il possible d envisager que les repas de la cantine scolaire ne soient pas assurés par une société de restauration industrielle mais directement cuisinés sur place avec de vrais produits frais et locaux. Beaucoup de communes le font et cela ne coûte pas plus cher, c est une organisation certes mais mieux vaut créer de l’emploi et embaucher une personne a temps plein que d acheter de la nourriture industrielle à une société qui distribue des repas sans goût à nos enfants.
Merci

Informez votre réseau de cette proposition et incitez vos amis à voter pour elle
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

7 Replies to “Restaurant scolaire”

  1. Mathieu Andro
    Mathieu Andro

    Bonjour,
    Je crois que le titulaire du marché en cours est Yvelines Restauration (https://www.ville-hanches.fr/pages/yvelines-restauration-100.html) et que ce prestataire met plutôt en avant la qualité et le bio. Par contre, j’ignore à quelle date le marché sera renouvelé, mais à l’occasion du prochain appel d’offres, il pourrait effectivement être judicieux d’octroyer plus de points aux candidats prestataires proposant des produits frais et locaux sur la base de critères objectifs, mesurables, vérifiables et comparables.
    Après, il faut aussi se méfier des candidats qui prétendent répondre aux critères de la consultation pour remporter l’appel d’offres et qui, devenu titulaires du marché, ne respectent finalement pas leurs engagements. En effet, il est souvent compliqué de pénaliser un prestataire ou de dénoncer un marché public.
    Bien à vous,
    Mathieu

  2. Patrick KOHL
    Patrick KOHL

    Bonjour,
    Pour compléter la réponse apportée par Mathieu Andro, un nouveau marché a été lancé. Nous sommes en attente des réponses des candidats.
    Les candidats devront de toute évidence satisfaire aux exigences de la loi EGAlim : part de bio, disparition des contenant plastique, incitation aux produits locaux, etc.
    Le fait de passer en confection des repas sur place n’a pas été envisagé. Se poseraient alors des soucis d’infrastructure et de personnel.
    A votre disposition pour en parler de vive voix,
    PK

    • Anonyme

      Bonjour,

      Merci pour vos réponses à tous les deux, je ne suis pas en phase avec Mr Andro sur la qualité des repas servis, pour la part de bio et de local je vous suis mais cela reste tout de même de l industriel. On se demande un peu si la personne en charge de la gestion du restaurant scolaire n a pas des actions dans cette société puisque dès que le sujet de changer de fournisseur est abordé le comportement de cette personne sans la nommer est plus qu agressif. Dommage que cela ne soit même pas envisagé de passer à la confection sur place, au moins ne serait-ce que l étudier pour faire un comparatif économique… Je regrette que nos enfants soient contraints de manger des repas industriels sans intérêt. Peut-être que consulter les parents d’élèves (premiers concernés il ne faut pas l oublier, ce sont nos enfants qui y mangent et nous qui payons) serait judicieux. L’appel d offre est-il consultable ? Qui est en charge de la rédaction du cahier des charges?
      Merci a tous deux d’avoir pris la peine de répondre. Merci également pour les efforts faits par l’équipe municipale et notamment la création de ce site, il ne faut pas pointer que le négatif !

      • Anonyme

        Bonjour,
        Nouvel élu responsable, entre autres, de la restauration scolaire et n’étant arrivé dans la commune que depuis 4 ans, j’ai découvert l’histoire des lieux, les structures de restauration existantes et les habitudes prises. Primitivement, la cuisine et la salle de restauration étaient dans le bâtiment ancien rue de la Barre. La salle à manger actuelle était réservée aux activités sportives. Face à une demande accrue de repas à servir, l’espace réservé aux repas a migré dans l’espace actuel. C’est sûrement à cette époque que le choix d’une restauration par liaison froide a été fait en tenant compte des surfaces à réserver d’une part pour la préparation des repas, d’autre part pour la vaisselle et enfin pour le service. Depuis mon arrivée, jamais personne, ne m’avait évoqué une remise en cause du fonctionnement actuel : ni de la part des personnels, ni de la part des élus représentants des parents d’élèves, ni de celle des enfants avec lesquels j’ai eu (avant Covid) l’occasion de déjeuner.
        Le changement pour passer à la confection sur place peut tout à fait être étudier ; rien ne l’interdit. Mais il faut avoir conscience cela ne pourra se faire sur un claquement de doigts. En premier lieu, il faudrait savoir si cela émane d’une volonté majoritaire. Une étude patrico-pratique de faisabilité pourrait alors être engagée.
        Vous regrettez que vos enfants soient contraints de manger des repas industriels sans intérêt. Primo, ils ne sont pas contraints : il s’agit d’un service et personne n’oblige personne. Secundo, certes nous pouvons considérer qu’un prestataire qui fournit 30 000 repas par jour a une confection de type industriel. Au demeurant, il garantit les normes d’hygiène et d’équilibre alimentaire. J’ai pratiqué nombre de cantines scolaires pendant une bonne cinquantaine d’années, la qualité des repas était très variable et indépendante du fait sur place ou pas. J’ai connu de bons cuistots mais aussi des gaveurs de gorets !
        Vous évoquez aussi le prix des repas. J’ai aussi reçu des remarques à ce sujet. Sachez que la participation demandée aux familles couvre environ à 60% les frais globaux. Sur ce point aussi, ce n’est qu’une volonté majoritaire qui permettrait de faire évoluer la politique tarifaire.
        Quant à la rédaction du « cahier des charges », il a été travaillé collectivement. Sur le plan juridique, il a fallu vérifier l’adéquation avec les textes de lois. Sur le plan recherche d’une meilleure qualité, nous avons consulté les acteurs du terrain : personnel de restauration et d’encadrement.
        J’espère avoir su répondre à vos remarques et questionnement. Si tel n’est pas le cas, je vous invite à venir me rencontrer en Mairie ; j’aurai ainsi le plaisir de voir cet anonyme 😉.
        Avec plaisir,

  3. Mathieu Andro
    Mathieu Andro

    Bonjour,
    Comme Patrick vous l’a signalé, un appel d’offres pour le choix d’un nouveau prestataire pour le restaurant scolaire est justement en cours. Toute la difficulté, dans ce type de procédure, est de trouver des critères objectifs, quantifiables, mesurables et vérifiables car les entreprises qui ne remporteront pas l’appel d’offres souhaiteront savoir pour quelles raisons et vérifier le calcul de leurs notes, ce qui est tout à fait légitime. Il n’est d’ailleurs pas rare que des appels d’offres publics fassent l’objet de poursuites par des entreprises ou de contrôles du coté de la Chambre Régionale des Comptes.
    Comme Patrick l’a signalé, la loi EGAlim devrait déjà permettre de contraindre à plus de qualité dans le choix du futur prestataire. Mais si vous avez des idées de critères complémentaires éventuellement inspirés d’autres collectivités, n’hésitez pas à les communiquer.
    Merci à vous,
    Mathieu

    • Anonyme

      Merci pour votre réponse Mr Kohl très étayée !
      Je vous accorde certains points, il ne faut pas toujours être en désaccord et savoir reconnaître les bons arguments ! Sur d’autres je suis moins convaincue mais nous n’allons pas en discuter indéfiniment sur cette belle plateforme constructive dont je remercie et felicite M.Andro. Je viendrai volontiers vous rencontrer en mairie quand j en aurai l’occasion pour lever cet anonymat ! Si ma question a déjà pu vous amener à ouvrir une possible réflexion sur ce sujet j en suis ravie !
      Bien à vous

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Catégories

Archives

S’abonner